Laura Laufer est l'auteur du livre Jacques Tati ou le temps des loisirs, publié aux Editions de l'If.

Télécharger la revue de presse
Commander l'ouvrage







Contacter Laura Laufer
S'inscrire à la newsletter



création graphique © atelier du nomansland
Jean RENOIR : Vivre Libre

L.D.H, le Centenaire : Vivre libre de Jean Renoir- Festival 28 jours 28 films








- Vivre Libre, 1943.
En 1988, j’ai participé à plusieurs travaux rue de Solférino de la Mission du Bicentenaire. J’étais alors mandatée sur un projet porté par la Ligue des Droits de l’Homme. Dix ans plus tard, pour son centenaire, j’ai présenté Vivre Libre , film de Jean Renoir, avec Charles Laughton, lors d’une soirée exceptionnelle dans la grande salle du Théâtre National Populaire du Palais de Chaillot.
Laughton y joue un instituteur qui transmet, lors de sa dernière classe, à la connaissance de ses élèves la Déclaration des Droits de l’homme avant d’’être arrêté par la Gestapo. Cette séance fut suivie d’un festival d’un mois que j’ai programmé pour ce centenaire de la L.D. H au cinema Grand Action et qui fut u succès.
On trouvera ici le dépliant présentant le film de Jean Renoir, celui du programme du festival et l’évocation de cette aventure.

JPEG - 687.2 ko
© L.D.H - Laura Laufer. 1998

© L.D.H - Laura Laufer. 1998 Fest1

Dans le cadre d’un séminaire qu’animait Madeleine Rebérioux sur Culture et Front Populaire, peu avant 1989, j’étais venue présenter Le crime de Monsieur Lange, La Marseillaise et La Vie est à nous, trois œuvres de Jean Renoir.
Je profitai de l’occasion pour montrer à Madeleine Rebérioux le final de Vivre Libre où nous voyons l’instituteur, magnifiquement joué par Charles Laughton, donner son ultime leçon avant que la guestapo vienne l’arrêter : transmettre le texte de la Déclaration des Droits de l’homme.
Madeleine Rebérioux me proposa alors de travailler sur un projet qui devait être porté par la L.D.H dans le cadre du bicentenaire de la Révolution française. Je lui soumis l’idée suivante : faire projeter La Marseillaise sur un immense écran en plein air en quelques lieux symboliques de plusieurs villes de France, dont la Place de la Bastille à Paris, le port de Marseille, etc.

La Marseillaise de Jean Renoir fut tournée à l’époque du Front Populaire et produite par une souscription lancée par la CGT.

Madeleine Rebérioux me fit part du souhait qu’elle avait que de la séquence finale de Vivre libre,où l’immense acteur qu’était Laughton dit le texte de Déclaration des droits de l’Homme, soit extrait un fragment que la L.D.H aurait présenté comme emblématique.

Pouvoir montrer une œuvre de Jean Renoir méconnue plus de quarante après sa réalisation et vilipendée par la critique française en 1946, au prétexte de taire ce que fut la collaboration et défendre la réconciliation nationale , me motivait très fortement. Il faut d’ailleurs rappeler que le film, à sa sortie en 1943, connut un très grand succès aux Etats - Unis et en Amérique Latine auprès du public américain et des Français qui avaient fui Vichy, tels Louis Jouvet ou Pierre Lazareff.

Je me rendis rue Jean Dolent (lieu de l’ancien siège national de la L.D.H) où nous devions étudier la faisabilité du projet. Un permanent se chargerait d’aller voir le propriétaire des droits d’exploitation du film - sachant que notre budget était égal à zéro !- et je devais également aller voir la commission nationale qui travaillait pour le gouvernement à la préparation du bicentenaire. De nombreux projets fleurissaient car une multitude de petites troupes théâtrales de province, de chorales, de ballets rêvaient de faire revivre des chansons, des poèmes, de courtes pièces, d’auteurs méconnus ou inconnus témoignant de l’enthousiasme des premières années de la Révolution.

Côté film, le distributeur, alors propriétaire des droits, refusa net. Je tairai ici son nom. Il avait acquis les droits d’exploiter plusieurs films du catalogue RKO dans ses salles, dont Citizen Kane et Vivre libre, entre autres films qu’il ne montra jamais le temps que dura sa cession de droits d’exploitation. Mais le projet de clip que nous avions suggéré n’était apparemment pas tombé dans l’oreille d’un sourd...

On me rapporta que le Festival de Cannes en cette année 1989 s’était ouvert par le final de Vivre Libre en l’honneur du bicentenaire de la Révolution Française ! Hasard ? Possible... mais surprenant !

Quant aux projets foisonnants, ils furent tous remplacés par une unique manifestation qui empocha toutes les subventions : le défilé de Jean-Paul Goude sur les Champs Elysées. Exit : les petites troupes théâtrales, les chorales, les ballets, et notre projet.

Le vent tourna quand j’appris que Vivre Libre était retourné dans le giron américain du catalogue R.K.O. Nous étions peu avant le Centenaire de la L.D.H. Je téléphonai à R.K.O France dont je connaissais alors la représentante : aucune distribution du film n’était prévue, mais en quelques minutes elle m’accorda le droit de le montrer pour deux séances exceptionnelles.

Un bonheur n’arrive jamais seul : côté Ministère de la Culture, nous obtenions la grande salle du Théâtre National Populaire du Palais de Chaillot pour y présenter le film dans une soirée exceptionnelle. Enfin, les studios Action, contactés, acceptaient de m’ouvrir leur catalogue et de mettre à notre disposition la salle du Grand - Action pour un festival qui dura 28 jours avec 28 films dont Vivre Libre.
Le programme que vous pouvez lire ici retrace cette aventure.

- 

Famille Renoir, lumières de l’essentiel

Texte publié à l’occasion de l’exposition « Renoir père et fils » et de l’intégrale des films de Jean RENOIR à la Cinémathèque Française. Il évoque le lien entre le travail des seuls Pierre-Auguste RENOIR, peintre et Jean RENOIR, cinéaste. Il tait injustement l’importance de deux autres grands artistes de la famille, Pierre et Claude : le premier est comédien, frère de Jean, et on le voit, admirable, dans les films réalisés par son frère Madame Bovary, La Marseillaise ou La nuit du Carrefour et le second, Claude, fils de Pierre et neveu de Jean qui deviendra un grand opérateur photo, responsable des superbes images de Toni, La Bête Humaine, du Fleuve, du Carrosse d’Or entre autres films de Jean. Claude (opéraeur photo) portait le même prénom que celui qu’on nommait aussi Coco, cadet des fils d’Auguste Renoir et qui devint céramiste.

Au contraire des autres impressionnistes qui ont étudié l’art, Pierre-Auguste Renoir, né en 1841 dans un milieu ouvrier, travaille comme apprenti, dès l’âge de treize ans, à peindre des décors rococo sur porcelaines et stores de toile. Le travail mécanique envahit la porcelaine et met fin, vers 1861, au travail d’Auguste. Il va au musée pour apprendre et rencontre Monet à l’atelier de Gleyse. Sa vie durant, Auguste refuse de se dire « artiste » et se proclamera toujours « ouvrier de la peinture ». Il a pour acquis son métier, lié à un extraordinaire sens de l’inné, que son fils Jean compare à «  l’intuition qu’ont les oiseaux migrateurs ». Ce grand peintre de nus et de femmes, des sens et de la volupté, se situe dans la lignée de Rubens, Boucher et Delacroix.

Il peint un univers harmonieux, sans conflit ni tension sociale, qui ne se soucie que du temps et de la nature. L’aspect le plus banal du monde lui paraît féerie. Selon son fils, Auguste préfère « plutôt la beauté d’un pommier dans un jardin de banlieue que les chutes du Niagara. [...] Peignant le monde, il se peint. La Commune, l’Empereur, la République ne dissipaient pas le brouillard entre la nature et les yeux de l’homme. Renoir travaillait à vouloir dissiper ce brouillard ». Auguste peint le mouvement de la branche, la couleur des feuilles, comme des phénomènes coupés de toute narration, de tout sentiment, de tout drame, et il y trouve la forme et la structure qui mèneront à l’art de Picasso et Matisse. « Derrière l’effet facile des rayons de lumière perçant le feuillage, il peignait en réalité l’essence même de cette lumière », décrit Jean Renoir.

Éclats de lumière
Dresser l’inventaire des réminiscences de l’œuvre d’Auguste dans celle de Jean s’avère passionnant, ludique. L’art du père et du fils possède un tronc commun, dont les ramifications croissent, différentes, parallèles, transversales ou convergentes. Jouons à en citer, par exemple, trois.

- L’Homme du Sud (États-Unis, 1945). Dans le sud des États Unis, Sam Tucker, paysan pauvre, décide avec sa famille de travailler la terre à son compte. La première séquence en extérieur s’ouvre sur le ramassage du coton. Les petites boules végétales dans l’immense champ et les cueilleurs vêtus de blanc font à l’infini de minuscules taches scintillantes, effets lumineux qui deviennent matière et sujet d’une image fille des impressionnistes. Film de terre aride, où l’eau se révèle omniprésente. Ici, la rivière nourrit ou détruit, l’homme affronte l’inondation, la faim, la chaleur, la maladie. Ce film lyrique, âpre et faulknérien, dit le sens de la vie face à ce grand « ordre » naturel. Ses images de rivière sont sœurs de celles de Partie de campagne. L’Homme du Sud, point de passage entre deux des plus grands films de Renoir, Toni (France, 1934) et Le Fleuve (Inde, 1950), montre la grande idée que Jean avait apprise d’Auguste : « Le monde est un tout ».

- Le Carrosse d’or (Italie, 1952), inspiré du Carrosse du saint sacrement, de Mérimée. Au XVIIIe siècle, Camilla joue dans une troupe de la commedia dell’arte. Elle a plus d’un amant et le vice-roi d’une colonie lui offre un carrosse d’or. Où commencent et finissent la vie et le théâtre ? Scintillante sous sa robe de Colombine, Camilla, emportée dans le désir d’avoir des amants, de posséder un carrosse, de changer de statut, oscille. L’unité de son être est menacée. Camilla trouvera son centre de gravité en renonçant au carrosse et à ses amants. Elle choisit le théâtre. Dépouillée des artifices du monde, elle est mise à nue dans sa seule vérité intérieure. Dans ce joyau du septième art, Renoir dirige une comédienne magnifique (Anna Magnani) et orchestre un sublime mouvement de la lumière et des couleurs. Ce mouvement renvoie à la peinture impressionniste, où la lumière, justement, semble n’avoir ni limite, ni contour et dont la dispersion, la fragmentation avec la distance, varie à l’infini.

-  Le Déjeuner sur l’herbe (1959). Un déjeuner sur l’herbe doit lancer à la télévision la candidature à la présidence de l’Europe du biologiste Alexis. Cet artisan de la fécondation artificielle veut supprimer le hasard dans la procréation et confier celle-ci à la science pour « améliorer la race ». Le film est l’hommage le plus conscient de Jean à l’impressionnisme, déjà par son titre. Filmée aux Collettes, dans la maison d’Auguste à Cagnes-sur-Mer, cette comédie philosophique interroge le devenir de l’Homme et place la sensualité, l’amour, au centre des conditions fondamentales qui créent la liberté. Renoir parie sur l’imprévisible et le surnaturel contre la science édifiée en religion : Dionysos vient troubler ce déjeuner sur l’herbe. Ce film magique célèbre la beauté de la nature, le droit à la paresse, la gourmandise, le plaisir des sens, dans la magie de la lumière du Midi et de la vibrante nature. La plénitude du corps de Catherine Rouvel se mêle à la vibration de l’onde, au frémissement des herbes, à la splendeur des arbres. Renoir saisit ici la source de la vie. Dans cette ode au plaisir, Jean Renoir est fils de Pierre-Auguste et frère d’Épicure.

On trouve dans Partie de campagne, French Cancan, Déjeuner sur l’herbe d’éclatantes réminisciences de l’impressionnisme. Rien ne paraît plus libre, fluide, inventif et spontané que ces créations, et rien ne chante mieux la force vitale. Pierre-Auguste a peint le monde tel qu’il voudrait que le monde soit. Jean l’a saisi dans sa vérité mise à nu. Avec le mouvement de la lumière, Renoir père et fils ont arraché au monde le jaillissement et le sens de la vie. C’est-à-dire l’essentiel.

©Laura Laufer

- A l’occasion de l’intégrale Renoir, la Cinémathèque française a coédité avec les éditions de La Martinière un catalogue Renoir/Renoir et un coffret de 12 DVD avec Canalsat, «  Jean Renoir, l’essentiel ».

- 

.